• Régionales, réponse des groupes bretons d'Ensemble et du PCF à la lettre du Parti de Gauche.

    Le 27 août 2015,
    Chers camarades du Parti de Gauche de Bretagne,
    Nous accusons réception de votre courrier du 22 août dans lequel vous nous
    confirmiez votre présence à la rencontre avec EELV prévue le 26. Ce courrier ne lève pas
    toutes les incertitudes et interrogations que nous avons concernant vos intentions pour les
    régionales.


    Nous souhaiterions avoir des précisions sur celles-ci avant ou à l'issue de la réunion
    régionale du "Rassemblement citoyen en Bretagne" le 29 août, avant en tout cas la réunion
    régionale du Front de Gauche prévue le 5 septembre à Rennes pour pouvoir avancer sur les
    Régionales dans la foulée de l'appel de Baud.
    Nous sommes sortis de la réunion régionale du Front de Gauche le 18 juillet à Baud avec le
    sentiment qu'à travers la présence et l'expression de leurs représentants, l'ensemble des
    composantes du Front de Gauche, à savoir le PCF, le Parti de Gauche, Ensemble, R&S et les
    citoyens des collectifs locaux du Front de Gauche, s'étaient mis d'accord:
    - sur la construction d'une campagne et d'une liste commune pour les Régionales en
    Bretagne, sur une ligne de gauche offensive, anti-libérale et anti-austérité, et avec l'ambition
    de rassembler au-delà du Front de Gauche des syndicalistes, citoyens, personnalités, forces
    politiques à la gauche du PS.
    - pour lancer un appel commun aux citoyens de Bretagne et s'adresser à toutes les forces à la
    gauche du PS (EELV, Nouvelle Donne, NPA, socialistes « frondeurs ») pour les inviter à
    construire avec nous le projet porté par cette liste.
    Appel de Baud aux citoyens de Bretagne – le 18 juillet 2015
    A Baud, 100 représentants du Front de gauche en Bretagne lancent un appel pour une liste unitaire aux
    Régionales. A l’initiative de la coordination FG 56, cette rencontre a réuni toutes les composantes du FG en
    Bretagne, organisations et collectifs. Les débats se sont placés dans le contexte européen de contestation de
    l’austérité et des politiques libérales, avec un affrontement inédit en Grèce avec les forces du capital. La
    nécessité d’une percée du FG a été affirmée pour ouvrir une alternative aux politiques libérales de la droite et
    du PS. Ces élections seront un moment de contestation de l’austérité, et aussi de construction d’une
    alternative, avec des propositions de rupture pour la France et la Bretagne, des propositions prenant la
    mesure des enjeux sociaux, environnementaux, et la nécessité de faire avancer des réponses novatrices
    mettant « L’Humain d’abord ».
    A l’issue d’un riche débat (35 interventions), l’assemblée acte la décision de constituer une liste antilibérale
    de large rassemblement avec la volonté de construire en commun, de travailler à partir des collectifs FG
    ouverts, de s’adresser sans exclusive à toute la gauche antilibérale, aux militants syndicalistes, associatifs,
    écologistes, féministes.
    Elle lance un appel aux citoyens de Bretagne, et s’adresse à toutes les forces de la gauche de transformation
    (EELV, Nouvelle Donne, socialistes « frondeurs », NPA,) pour construire ensemble un projet à partir de
    grands axes communs :
    - Refus de l’austérité, notamment à l’égard des collectivités locales
    - Citoyenneté en Bretagne, à l’inverse d’une réforme territoriale qui priorise les métropoles et éloigne les
    citoyens des lieux de décision.
    - Nouveau modèle agricole, maritime et industriel relocalisant l’activité, créant des emplois à partir des
    besoins et non du profit.
    - Création d’un pôle publique bancaire régional mobilisant des fonds publics, mutualistes, privés, avec
    contrôle citoyen et conditionnement de toute aide à des critères sociaux et environnementaux.
    - Égalité sur le territoire, défense des services publics, notamment dans les domaines de l’éducation, la santé,
    les transports, l’énergie.
    - Priorité écologique et notamment essor du ferroviaire, des énergies renouvelables, d’un modèle agricole
    respectueux de l’environnement.
    - Rediscussions des projets contestés ou souffrant d'un déficit démocratique comme NDDL, la centrale à gaz
    de Landivisiau, la ligne LGV...
    Or, depuis le 18 juillet, vous poursuivez une démarche parallèle en soutenant le «
    Rassemblement citoyen en Bretagne» que vous avez initié et qui reprend en grande partie
    les objectifs du Front de Gauche, en insistant davantage peut-être sur l'implication citoyenne
    au premier plan, devant les partis, a été signé à ce jour par 275 signataires.
    Sur le fond, nous estimons :
    1. Que l'idée du rassemblement citoyen peut être portée par le Front de Gauche dans son
    ensemble. L'orientation politique que nous défendons tous: anti-austéritaire, solidaire,
    écologique, favorable au renouveau démocratique de nos institutions et à une autre
    répartition des richesses, est celle du Front de Gauche, dans lequel de nombreux citoyens
    non encartés ont déjà trouvé leur place et leur moyen de militer et de s'exprimer. Ils sont
    présents dans les campagnes du Front de Gauche, dans les collectifs locaux qui existent,
    participent à certaines coordinations départementales du Front de Gauche en Bretagne.
    2. Il nous semble que malgré ses imperfections, le Front de Gauche, reste une référence
    incontournable et un point d'appui pour les luttes et leur expression électorale pour
    énormément de citoyens et de militants. Si ses derniers résultats électoraux ne sont pas à la
    hauteur de nos espérances et du niveau auquel devrait se situer le rapport de force pour
    peser efficacement dans la situation politique et sociale actuelle, nous ne pensons pas que
    c'est en le mettant de côté que nous ferons gagner des positions et de la crédibilité à la vraie
    gauche qui entend transformer le système et affronter le pouvoir du capitalisme et de la
    finance.
    3. Ces élections régionales concernant 13 régions en France auront une portée nationale
    évidente. Si le Front de Gauche est divisé et fait des mauvais résultats dans plusieurs
    régions, ce sera la plus mauvaise façon de préparer la campagne des présidentielles de 2017
    et l'éventuelle campagne d'un candidat commun de la gauche anti-libérale. Alors que des
    accords entre organisations du Front de Gauche, signés par le Parti de Gauche, sont déjà
    actés en PACA, Midi Pyrénées/Languedoc-Roussillon ou en passe de l’être ailleurs, il serait
    incompréhensible que cela ne soit pas le cas en Bretagne. Il n'y a aucune raison que toutes
    les forces du Front de Gauche ne se rassemblent pas, si possible avec d'autres partenaires
    (notamment EELV) au premier tour des élections régionales, et ceci même si notre
    appréciation du second tour pourrait différer (ce qui n'est pas sûr encore).
    Il nous paraît indispensable de faire converger les deux démarches initiées chacune
    de leur côté par des composantes du Front de Gauche. La division de nos forces nuirait
    fortement à notre crédibilité à tous, nous empêcherait de faire un bon résultat apte à faire
    bouger le rapport de force et à donner de l'espoir. Cela sera notre responsabilité commune.


    Le Parti Communiste Français Bretagne / Ensemble Bretagne

    « Mélenchon : « L'union de l'opposition de gauche va s'accélérer »Fumisterie »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks